Pour un essai de vue panoramique
avec différentes méthodes et "viewers"

 

VRML (Virtual Reality Modeling Language)

ou "la réalité virtuelle (inmersive) sur internet" pourquoi, comment ?

INTRODUCTION

(clic = M/A)

ZAP vers menu

 

  

Qu'est-ce ? :

VRML (version 2 à ce jour) généralement au format *.WRL est un langage de modélisation d'espaces (de mondes - worlds) pour essayer de s'approcher d'une "réalité virtuelle" de préférence orientée vers l'Internet.

Le propos de ces quelques pages ne sera pas de donner un cours sur l'ensemble de la création VRML, d'autres sites en parlent. (refs de sites)

On aborde ici la "Inmersive Reality" comme on dit aux US.

C'est à dire la représentation interactive de lieux existants.
Exploitation, visualisation de panoramas à l'aide de différents "viewers" ou "visualisateurs".

 

   

Pourquoi :  

Il est désormais possible de montrer sur un écran un paysage, un intérieur, un objet comme si on y était (ou presque).
Le spectateur pourra être aussi acteur, dans la mesure où il pourra déplacer l'objet et l'orienter en tous sens ou se déplacer dans l'espace virtuel, pouvant alors même ouvrir les portes des lieux montrés pour découvrir d'autres pièces ou lieux. (c'est le Marked Language tel qu'on peut le trouver sur les pages du web avec ses liens).

Essentiellement utilisé sur le mode 360° (c'est à dire en cercle ou cylindre complet autour du spectateur) pour montrer des panoramas de paysages, de viles ou d'intérieurs, il peut être étendu au mode sphérique où l'on peut voir non seulement autour, mais aussi vers le haut et le bas. Ce dernier genre de prise de vues sera réservé à un professionnel bien équipé !

De même la visualisation/manipulation d'objets est aussi possible.

On conçoit aisément le potentiel marketing d'avenir de ce média pour la promotion immobilière et touristique, ou encore l'information technique d'un produit industriel.

 

   

Comment : 

Bien entendu, sur Internet, il ne faudra pas s'attendre à pouvoir faire des visites interactives avec un niveau de présentation égalant les images virtuelles cinématographiques. Ces dernières exigeant des programmes hors de portée de l'utilisateur moyen et surtout des machines énormes.

Outre la possibilité de modéliser des objets (assez simples sur un ordinateur familial), ce format permet aussi la capture/restitution d'existants.
Ainsi on pourra, avec un simple appareil photo réaliser un panorama horizontal en prenant suffisamment de clichés pour couvrir les 360° (en général 16 à 18 vues en mode vertical ou portrait). L'assemblage des vues en un seul panorama se fera via un programme spécialisé (ils commencent à être légions sur PC, et beaucoup moins nombreux sur Mac). Pour ma part, j'utilise PhotoVista1 qui est maintenant en arrêt de production et donc sans mise à jour.
Se rapprocher de la page infos et compléments pour quelques pistes.

C'est à la restitution-présentation du VRML via internet que sont dédiées ces quelques pages.
Je vous propose d'y découvrir quelques "visualisateurs" utilisables sur les Navigateurs Internet les plus répandus.

 

    

 Méthodes :

La visualisation peut être possible via

  1. des programmes spécialisés, tel que QuickTime par exemple (parmi les gratuits)
     
  2. les navigateurs internet (le propos du jour !)
    Avec cette option deux possibilités sont disponibles :
     
    • Par l'intermédiaire de "Plug-Ins"
      c'est à dire des extensions à la fonctionnalité du navigateur
      (exemple : QuickTime, encore, mais en plug-in cette fois)
      L'avantage, en général, de ces plug-ins est leur peu de besoins en ressources.
      L'inconvénient, l'internaute doit l'avoir téléchargés sur le site propriétaire et avoir installé le plug-In. Et s'il ne l'est pas comment faire alors étalage de ses images virtuelles ?
       
    • Par l'intermédiaire d'appliquettes (Applets en anglais).
      Ce sont de petites applications en langage Java qui seront chargées par le navigateur et qui lui permettront de réaliser notre souhait.
      Avantage : pas de soucis de présence ou non d'un plug-in.
      Désavantage :
      • fonctionnements capricieux suivant le navigateur ou la plate-forme (Mac PC Linux ...)
      • nécessite que la "machine Java" soit installée sur l'ordinateur de l'internaute et soit activée dans les préférences du navigateur.
      • les appliquettes reposant sur la machine Java font, de ce fait, intervenir beaucoup de ressources et ont tendance à "fatiguer" ralentir l'ordinateur.

   

Continuer avec le menu


HAUT de PAGE